Devis


En cochant cette case, je confirme avoir lu et accepté la politique de confidentialité

Les champs marqués * sont obligatoires

Conformément à la loi "informatique et libertés" du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent. Si vous souhaitez exercer ce droit et obtenir communication des informations vous concernant, veuillez vous adresser à Cinéréa, ou par mail à contact@cinerea.fr

Les Actualités de Cinéréa

Actualité Arnaud Houlès

L’engagement d’Arnaud Houlès.

Publié le 3 février 2014, par Cinéréa dans Réseau Cinéréa


L’engagement d’Arnaud Houlès, en tant qu’animateur vin.

Arnaud Houlès, directeur de Cinéréa International, marque son engagement par rapport à son métier d’animateur événementiel autour du vin.

Un nouveau métier : divertir autour du vin

La dégustation de vin est comme tout art, une passion pour les uns, une découverte, voire un échange pour les autres et pour d’autres, une conférence à subir sur un sujet qui ne les intéresse pas. Personnellement, écouter un conférencier ennuyeux sur un sujet dont je n’accorde aucun intérêt est très fatigant. Mais, on peut se passionner l’espace d’un instant sur n’importe quel sujet, à condition qu’il nous soit révélé de manière attractive, anecdotique, voire ludique.

On a tous un avis sur n’importe quel sujet même si on n’est pas compétent. La différence entre un spécialiste et un novice, c’est le nombre de mots de vocabulaire pour exprimer ce qu’il ressent. Ainsi, à la base : Le vin est bon ou pas, et tout le monde peut déguster et, tout le monde sait déguster. Et tout le monde a son avis et un avis parfois contraire à son voisin. C’est la loi des gouts et des couleurs. Et heureusement que l’on aime pas tous la même chose.

Aujourd’hui, j’entends : « j’aime bien le vin mais j’y connais rien ! », « le vin, c’est compliqué ». Stop, on ne vous demande pas de le faire mais de le boire. On écoute plus la musique de Mozart qu’on en déchiffre ses partitions, c’est moins compliqué, et puis, c’est pas le même rôle, ni le même métier! ». Mais, comme les deux sujets, on peut avoir des émotions sans savoir forcément en parler.

Bref, aujourd’hui, mon engagement combat certains oenologues ou sommeliers pompeux et autres vignerons compliqués qui ont, plus par maladresse, rendu ce produit parfois inaccessible aux yeux, ou au gout de beaucoup de gens par leur langage technique. Et j’enrage encore plus contre ceux qui ont tués la journée de fête du Beaujolais nouveau pour la faire passer en dégustation élitiste à la Robert Parker. Entre les techniciens ennuyeux et les grincheux pisses froid, mon coeur ne balance pas.

Mais, le vin c’est avant tout l’école de l’humilité. Retrouver, comme Louis de Funès dans le film L’aile ou la cuisse,  un vin de Saint Julien, château Léoville las Cases 1953 en dégustation à l’aveugle, c’est vraiment que du cinéma ! Il n’y a rien de plus dur et de plus aventureux. Les professionnels le savent bien. Remettons le vin à la place qu’il n’aurait jamais du quitter : La convivialité et la fête.

La Dégustation de vin à la sauce Cinéréa International ?

Fort de mon « expérience », de mes coups de coeur, de mes rencontres et parce qu’humilier les gens ou se vanter ne m’intéresse pas, j’ai préféré faire vivre le vin comme je le ressens encore chaque fois. Tout d’abord, j’aime ou pas, comme fait tout le monde. Puis, ce vin a t’il une personnalité, un langage qui fait vibrer mes sens ? D’accord. Mais pourquoi, va t’il m’intéresser ? Il va m’intéresser aussi si son histoire est belle, si ses anecdotes sont croustillantes.

C’est alors que je me l’approprie et que j’aime la raconter aux autres de manière dynamique et humoristique. Je pense que c’est plus facile d’intéresser la majorité des gens sur un sujet plus par le biais de ses anecdotes que par l’aspect purement technique. On peut déguster, aimer un vin et l’aimer encore plus si son histoire est belle.

Tel est mon métier : « Gé Oenologue », Gentil Organisateur du vin. Un animateur positif, dégustateur et « raconteur » d’histoires de vins et « transmetteur » d’émotions. Voir les étoiles dans les yeux des participants et les voir rire un verre à la main, quel beau métier que j’ai.

Et puis, faire vivre le vin de façon ludique m’a donné des idées: Créer le show vinicole, mettre en scène le vin en différents spectacles ou animations bachiques pour mettre ce produit noble et universel sous un aspect encore plus décalé et accessible. C’est aussi respecter le vin, car il est aussi un vecteur de convivialité et de fête. C’est ça aussi gouter le vin autrement.

Partagez ce contenu