Devis

Les champs marqués * sont obligatoires

Conformément à la loi "informatique et libertés" du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent. Si vous souhaitez exercer ce droit et obtenir communication des informations vous concernant, veuillez vous adresser à Cinéréa, ou par mail à contact@cinerea.fr

Les Actualités de Cinéréa

Les vins de garde

Les vins de garde

Publié le 1 décembre 2015, par Cinéréa dans Autour du vin


Aujourd’hui, la garde du vin est un domaine complètement chamboulé, à savoir qu’on ne sait plus quel vin garder ou pas et surtout pourquoi ? Billet d’humeur d’Arnaud Houlès, Directeur de Cinéréa International

Des vins à garder 3 à 5 ans en cave

Ça c’était avant ! Avant, on savait que la plupart des vins rouges de l’année pouvaient se bonifier en cave 3 à 5 ans en moyenne, voire quelques années de plus pour les grands vins dits de garde. Encore fallait – il savoir apprécier les vins avec de l’âge, ce que 80% de la population rejette généralement par méconnaissance. Car en dégustation, de nombreux amateurs de vins n’apprécient pas à leur juste valeur ces vins vieillissant, les trouvant souvent soit madérisés ou suspectant parfois un goût de bouchon.

Des vins de garde qui peuvent se boire rapidement !

Maintenant, même les soit – disant vins de garde peuvent se boire assez rapidement et n’offrent plus vraiment d’avantages à se conserver longtemps et c’est mon avis. Cela pourra susciter quelques débats houleux, mais je l’assume. A part, les grands vins de toutes les régions et les vins des vignerons stars ou les grandes cuvées, et encore, peu de vins donnent du plaisir après 5 ans en cave.

En effet, la plupart des vins ont souvent plus de capital plaisir avec leur fruité de jeunesse qu’avec un peu de maturité. En effet, cela les rend souvent sans corps et finalement peu plaisants. Parlons bien sûr, des conditions de garde idéales dans une cave à bonne température, puisque le débat n’est pas sur la technique de conservation mais sur le fait de conserver ou pas.

Certes, il y a aussi des millésimes plus faibles qui donnent des vins à boire de suite et des millésimes plus riches qui permettent la garde. Mais, je suis désolé de vous dire qu’en moyenne les grands vins de 2005 seront à boire assez vite et certains ne goutent déjà même plus. 2009 se goute déjà bien mais jusqu’à quand ? 1995, je ne goûte plus rien de bon.
Cette explication est souvent due à une vinification moins traditionnelle mais en fait plus ancestrale, à savoir, plus biologique, utilisant moins de pesticides, de sulfites, ….

Le respect du vin

Le soufre, qui permet à la base de protéger le vin, est désormais insufflé, chez la bonne moyenne des bons vignerons actuels dans la mouvance et dans le respect du vin et du terroir, à dose presque homéopathique. Ainsi, les vins moins protégés viennent plus vite à maturité. Prenons un exemple sexiste : Un vin trop soufré, outre le fait qu’il sente la vieille serpillère, est comme une femme avec un lifting du visage et des seins trop tiré, rien ne bouge pendant des années, il n’y plus de vie.

Un trait de soufre amène gentiment le vin à se bonifier. Pour moi, le soufre est néanmoins nécessaire sinon, cela devient un vin totalement naturel que malheureusement peu de vignerons maitrisent, car la plupart des vins naturels offrent souvent des arômes dit d’écurie, vraiment peu flatteurs. Faire du grand vin naturel qui soit digne de son terroir, sans avoir un goût de jus de raisin pas fini, n’est pas donné à tout le monde. Par contre, quand c’est réussi, c’est du grand art !

Bref, au delà des vins bio, biodynamiques et autres méthodes, les vignerons de qualité, petit à petit, prennent conscience de leur héritage environnemental, en nous livrant des beaux vins, certes, mais qui iront, j’ai le regret de vous le dire, moins longtemps dans le temps.

Par contre, à l’inverse, un peu comme les grands vins, ces vins vont demander aussi plus de temps de préparation, à savoir, un passage en carafe pendant quelques heures sera nécessaire afin qu’ils donnent pleinement tout leur potentiel. Nombre de fois, où l’on apprécie que le dernier verre.

Le carafage pour sublimer la dégustation du vin

Ainsi, le carafage (shaker le vin dans la carafe supplantant le décantage du vieux vin (séparation des solides – précipités de tanins et d’acide tartrique – du liquide vin) est vraiment dans la mouvance du temps. On va lui redonner ainsi un aspect plus fruité voire plus complexe, ce qui rendra le vin plus sublime encore en dégustation.

Ainsi, vous avez envie d’entendre les vins avec une garde de 30 ans, eux, les vignerons veulent vous voir revenir chaque année. C’est un peu un dialogue de sourds, que peu de professionnels veulent percer.

Pour conclure, c’est bien d’avoir des amis et pas que sur Facebook, alors, au lieu d’être dans l’échange virtuel, invitez-les à boire des verres avec vous ! On ne va pas être les morts avec les plus belles caves ! Non ?

Partagez ce contenu